Logo RBE, Rennes Bretagne Europe

POUR UNE ÉCOLOGIE DU RÉEL

NOS PROPOSITIONS POUR UNE ECOLOGIE DU REEL

 

  1. Un engagement de la ville à proposer à terme, pour tous les citoyens, une fourniture d’électricité issue des énergies renouvelables. Ainsi Rennes, capitale de région doit s’engager pour que des projets d’hydroliennes et d’éoliennes en mer se mettent enfin en place sur les côtes bretonnes à l’image de ce qui se fait dans les îles britanniques : il y a urgence !

  2. Un schéma de transport plus cohérent et éco responsable à l’échelle de Rennes et de sa première couronne (le futur « Grand Rennes ») doit être mis en place, avec prolongement des lignes de métro par des lignes de tramways (précisions dans le chapitre transports)

  3. Un plan vélo beaucoup plus ambitieux doit voir le jour, avec de véritables pistes cyclables sécurisées. Rennes doit se mettre au niveau des meilleurs élèves européens en la matière (précisions au chapitre transports également)

  4. Le plateau piétonnier doit être agrandi en centre-ville, principalement autour des places du Parlement et de la Mairie. Mais les accès aux parkings souterrains doivent être garantis encore quelques années, jusqu’à ce qu’un plan de transport cohérent soit mis en place entre Rennes et sa première couronne rennaise

  5. L’éloignement des véhicules à moteur les plus polluants doit se faire de manière volontaire et avec tous les procédés modernes à disposition (caméras liseuses de plaques), ainsi que c’est déjà pratiqué à Anvers ou Amsterdam par exemple

  6. S’il y a eu des avancées dans le domaine de la fourniture d’aliments bio dans les cantines, il faut aller plus loin là aussi. Et Rennes doit être le porte-drapeau d’une Bretagne avec zéro pesticide dans son agriculture

  7. La création du Grand Rennes permettra également de sanctuariser entre Villejean et le hameau du Chêne Marbot, des parcs mais aussi des fermes biologiques dont la production pourrait être réservée aux cantines rennaises

  8. Rennes doit s’engager, en concertation avec toutes les structures médicales de la ville, à aller vers une médecine moins gourmande en consommation de médicaments divers. L’excès de consommation de certaines molécules est en effet nuisible pour notre santé, autant que notre environnement

  9. Rennes enfin doit s’engager à ce que le projet d’EPR de Flamanville soit abandonné. Les vices de construction, dénoncés par de nombreuses associations, et admis par le ministre de l’économie Bruno Lemaire récemment, font de cet édifice une véritable bombe à retardement s’il est mis en fonction. Et en cas d’accident, le nuage radioactif ne s’arrêtera pas plus à la frontière de la Bretagne que le nuage de Tchernobyl ne s’est arrêté aux frontières de la France

X